ECOLO ne veut pas d’un Chooz bis !

Inquiétude sur le projet de construction d’un incinérateur à Givet

Publié le vendredi 22 octobre 2010

ECOLO partage les inquiétudes exprimées par un comité citoyen français de Givet concernant un projet d’usine d’incinération de déchets d’imprimeries provenant de toute la France, envisagé à proximité immédiate de la frontière belge (sur la route de Philippeville, entre Doische, Petit-Doische et Givet).

Des informations partielles à ce sujet circulent depuis de nombreux mois sans qu’il ne soit possible, malgré les différentes démarches déjà entreprises par ECOLO, d’accéder au dossier ou d’obtenir des précisions relatives au projet et à ces incidences environnementales.

A ce stade donc, il nous est impossible d’apporter un avis argumenté sur la qualité et l’intérêt de ce projet qui tente de se donner une image « verte » en mettant en avant les perspective de cogénération et de valorisation locale de la chaleur produite.

Pour ECOLO, il y cependant matière à être particulièrement vigilant :

• la nature et l’impact environnemental des déchets à incinérer n’est pas connue ;

• la volonté de faire venir des déchets de toute la France peut faire craindre une concentration forte des nuisances dans la région de Givet ;

• l’absence d’information et de transparence actuellement dans ce dossier n’est pas rassurante ;

• enfin, la volonté des autorités françaises d’installer une telle « usine » à proximité immédiate de la frontière belge rappelle le choix, par ces mêmes autorités, de Chooz comme site nucléaire et fait craindre une volonté d’exportation des pollutions et nuisances.

ECOLO sera donc particulièrement attentif à ce que ce projet ne porte atteinte, ni à la santé des populations concernées de part et d’autres de la frontière, ni au potentiel de développement économique durable de ce territoire particulièrement attractif pour le tourisme et les activités valorisant la nature ardennaise. Une région qui est d’ailleurs en train de se doter d’un parc naturel régional…

A ce stade, il importe de nous assurer que les intérêts des citoyens wallons soient correctement pris en compte dans ce dossier et que la clarté soit faite à son sujet.

Le Député wallon Patrick Dupriez a dès lors adressé une question en ce sens au Ministre de l’environnement Philippe Henry pour veiller à ce que les obligations internationales relatives au permis d’environnement soient pleinement respectées.

Georges Gilkinet, Député fédéral

Patrick Dupriez, Député régional

Un incinérateur à papier près de la frontière (Article paru dans le Vers l’Avenir du 22 octobre 2010)