ECOLO se réjouit de la ferme opposition au projet exprimée par le Ministre Henry et poursuit le combat !

Publié le dimanche 1er janvier 2012

Conformément à la législation, des enquêtes publiques portant sur le projet de « construction et exploitation d’une unité de combustible solide et de production d’énergies renouvelables à GIVET » (à quelques centaines de mètres de la frontière) ont été organisée dans 5 communes namuroises : Doische, Hastière, Beauraing, Dinant et Houyet.

A ce stade du processus, ECOLO souhaite saluer l’extraordinaire mobilisation citoyenne qui s’est manifestée ces derniers mois pour exprimer par de multiples voix une opposition ferme et argumentée à ce projet. L’information a circulé, des citoyens, des associations, des élus, des médecins… ont rassemblé leur énergie et leur créativité pour mener ce juste combat bien au delà d’un simple réflexe « nimby ». En soi, cela constitue déjà une première satisfaction…

L’administration de l’aménagement du territoire et de l’environnement ainsi que le Conseil wallon de l’Environnement pour le Développement Durable ont également été consultés. Le Ministre wallon de l’environnement, Philippe Henry, a adressé ce lundi au Préfet de la Région Champagne-Ardenne, responsable de l’octroi ou non de l’autorisation requise, le rapport de synthèse des enquêtes et consultations, intégrant de multiples contributions communales et citoyennes (dont celles des groupes ECOLO des communes concernées). Philippe Henry a également adressé au Préfet un courrier exprimant clairement son opposition ferme à ce projet d’incinérateur. C’est une deuxième satisfaction !

Nous nous réjouissons en effet que le Ministre Henry ait aussi clairement exprimé son souhait de voir ce projet refusé tant par crainte des impacts sur les populations riveraines que par souci de protection globale de l’environnement et de respect par les autorités des principes de base du développement durable.

Cette prise de position du Ministre est une étape importante. Mais elle ne sonne pas pour autant la fin du combat contre ce projet nuisible, inopportun sur le plan économique et environnemental, et porté par des opérateurs manquant de crédibilité. Le combat continue !

Au fur et à mesure que les éléments de ce dossier se sont précisés, les craintes originelles d’ECOLO se sont en effet transformées en franche opposition à un projet contradictoire avec notre vision du développement durable. Nous restons dès lors attentifs à la décision qui sera prise par la préfecture de Champagne-Ardenne et sommes prêts à entreprendre, le cas échéant, toutes les actions nécessaires pour empêcher la réalisation de ce projet funeste.

Patrick Dupriez, Député wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxlles

Georges Gilkineté, Député fédéral